Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 22 mai 2017
Bad Breeding
Divide – LP
La Vida Es Un Mus 2017

C'est à fond la caisse dévastant tout sur son passage que Bad Breeding nous avait quitté lors d'un premier album encore tout chaud. C'est
>>
publié le 20 mai 2017
Buzz Rodeo
Combine – LP
Antena Krzyku 2017

Juste avant ce nouvel album, Buzz Rodeo a connu un changement de personnel avec le remplacement du bassiste Christian Schanz par la bassiste
>>
publié le 18 mai 2017
Ex Fulgur
Noires Sont Les Galaxies – LP
Kerviniou/Le Secret/Detonic records 2017

Noires sont les galaxies et rouges sont les désirs. Ex Fulgur au poing lutte entre plusieurs univers, jaillit des tréfonds de la lumière et annonce des
>>
publié le 17 mai 2017
Drahla
Fictional Decision 7''
A Turntable Friend records 2017
Faux Text 7''
Too Pure records 2017

Drahla est un trio fraîchement débarqué d'Angleterre, Leeds pour être précis. Il débute dans la vie par la sortie quasi simultanée de deux singles, Fictional Decision sur le label allemand A Turntable Friend et Faux Text pour le Too Pure Singles Club. Une fille au chant, à la guitare ou à la basse (Luciel Brown), un gars au chant, à la guitare ou à
>>
USA Nails
Shame Spiral – LP
Bigoût records/Hominid sounds 2017

L’Angleterre a le vent en poupe : on ne compte plus ces dernières années les groupes qui débarquent de Londres (principalement) pour nous laminer
>>
publié le 16 mai 2017
Coordinated Suicides
False Pleasure 7''
Kitschy Manitou 2016

C'est important la coordination. Et puis savoir où on va aussi. Et d'où on vient. Et puis se mettre en marche comme un seul homme véreux pour
>>
publié le 14 mai 2017
The Blind Shake
Live At Third Man Records – 7''
Third Man records 2017

Je profite de l’actualité pour parler de ce 7'' de The Blind Shake publié par Third Man records dans le cadre des Third Man Live Series. Je ne vais
>>
publié le 12 mai 2017
Yowie
Synchromysticism - CD
Skin Graft 2017

Se lancer à l'écoute, pour ne pas dire à l'assaut, d'un album de Yowie, demande une bonne dose de courage ou d’inconscience. C'est qu'on a
>>
publié le 11 mai 2017
Hey Colossus
Dedicated To Uri Klangers - 2xLPs
Mie Music 2016

C’est vraiment par hasard que j’ai appris l’existence de ce disque, lors d’une veillée nocturne qui n’en finissait pas, coincé par l’absence de >>

publié le 10 mai 2017
La Colonie De Vacances
Pneu/Electric Electric/Marvin/Papier Tigre
10''+livre
Murailles Music/Kythibong/Super Loto Editions 2017

La Colonie De Vacances, une jolie caravane musicale sillonnant les routes de France et de Navarre avec un spectacle en quadriphonie
>>
publié le 09 mai 2017
Shifting/Gummidge
Split 7''
Permafrost/Gabu Asso 2017

L'Irlande, ça vous gagne. C'était pas plus tard que vendredi dernier 5 mai au Marquis de Sade à Rennes. Une double affiche irlando-irlandaise
>>
Vatican II
Squirdiller - tape
Little Gem 2017

Vatican II est venu porté la bonne parole à Rennes le 5 mai dernier avec Shifting. Loin d'être des enfants de chœurs tous ces Irlandais. Un trio qui partage un membre en commun avec Shifting, le dénommé Paul Clynes qui passe de la
>>
publié le 08 mai 2017
Thurston Moore
Rock'n'roll Consciousness – 2xLPs
Caroline International/Fiction records 2017

Il y a des disques qui tombent au bon moment mais on ne le comprend qu’après, petit à petit. The Best Day, le précédent album de Thuston Moore,
>>
publié le 06 mai 2017
Blank Veins
A Guest/Taken Out – 7''
UNC 2017

Le retour de Blank Veins six ans après leur premier single First And Final Wash. Les Grecs ne sont pas restés muets pour autant, c'est juste
>>
publié le 04 mai 2017
Girls Pissing On Girls Pissing
Songs Of Sodomy And The Compost Of Aethyr - Jeu de Tarot - Muzai 2017

Girls Pissing On Girls Pissing tire les cartes. Je n'avais encore jamais acheté un jeu de tarot afin d'écouter de la musique. Girls Pissing l'a fait. 78 cartes illustrées par le groupe néo-zélandais avec, glissé à l'intérieur, un code de téléchargement. Parce qu'on est quand même là pour s'en mettre plein les oreilles, pas pour se lancer à
>>
publié le 02 mai 2017
feedtime
Gas - LP
In The Red 2017

feedtime est donc bien de retour. Après un single sur Sup Pop en 2015, ce sont d'autres fans du trio australien, le fameux label In The Red, qui
>>
publié le 01 mai 2017
Papaye
Para Bailar – LP
Kythibong 2016

Ça fait une paye que Papaye a mis la clef sous le papaillasson. Six mois que ce disque est sorti, signant par là même la fin de l'aventure du
>>
publié le 28 avril 2017
Demikhov
Experimental Transplantation Of Vital Organs - CD
Vollmer Industries/Dio Drone/Toten Schwan... 2016

On en apprend tous les jours avec la musique. Même si parfois il vaudrait mieux s'abstenir d'être curieux. Ce groupe italien tient son nom de >>

publié le 27 avril 2017
The John-Pauls
Forget To Remember To Forget - CD
Aagoo 2017

C'est comme les hirondelles, l'indie-rock semble revenir au printemps. Dans le sillage d'Autisti, un nouveau groupe en provenance d'Austin
>>
publié le 26 avril 2017
Brown Angel
Shutout - LP
Sleeping Giant Glossolalia 2016

Brown Angel brûle à nouveau les planches. Au propre comme au figuré. Le feu avait commencé à prendre en 2010 avec un premier album
>>
publié le 25 avril 2017
Dead
The Trilogy – 5xLPs
Rock Is Hell records 2017

Impossible de ne pas commencer cette chronique sans parler de l'objet. Vive le matérialisme. On crèvera tous sous nos détritus. Le label
>>
publié le 22 avril 2017
Conger ! Conger !
This Is A White Album - 2xLPs
Self-released/Katatak/Lollipop Music Store 2017

Encore un disque que je m’étais juré de chroniquer. Rapidement et facilement. Les doigts dans le nez. Et puis rien ne sortait, la page blanche. Ou >>

publié le 21 avril 2017
The You And What Army Faction
Rite – LP
Sweetohm 2017

Les premiers accords de guitare du titre d'ouverture Body Horror nous replongent directement dans l'univers unique des Grecs de The You And
>>
publié le 14 avril 2017
Dreamdecay
- LP
Iron Lung records 2017

Alors si je lis correctement les explications accompagnant la sortie du deuxième album de Dreamdecay, est la combinaison de You
>>
publié le 13 avril 2017
Jaye Jayle
House Cricks And Other Excuses to Get Out - LP
Hawthorne Street 2016

Ce n'est franchement pas en avance que ce disque est chroniqué. Un an qu'il a été publié. Le nom de Evan Patterson, guitariste et chanteur de
>>
publié le 12 avril 2017
War Brides
Regrets - LP
Triple Eye Industries 2017

Premier véritable album de War Brides après Burden, mini-album qui avait causé de maxi dégâts. Regrets va en provoquer encore plus. Non pas des
>>
publié le 11 avril 2017
Nearly Dead
Weathered Meat – LP
Geriatric records 2017

Il y a en ce bas monde de pauvres petites choses qui à chaque nouvelle rondelle creusent éternellement dans le même sillon. Parfois >>

publié le 10 avril 2017
Worst Gift
Shitty Loser Riffs – 12''
The Ghost Is Clear/Titan Mega Corporation/L'Oeil Du Tigre/Zegema Beach/Good Post Day records 2015

Le nom du groupe ne traduit pas une confiance en soi sans limite. Et le titre de ce disque incite
>>
publié le 09 avril 2017
Cantenac Dagar
Stilletonne – LP
S.K. records/Isola records 2017

Je n’en ai pas parlé lors de la récente chronique de Lost A Home de Sathönay mais le label S.K. fête cette année son vingtième anniversaire. >>


>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 22/05/2017
<14|02|2017>
The Hand en pleine tronche. Une nouvelle fois. Ce trio avec un ancien Steel Pole Bath Tub avait déjà enthousiasmé les foules qui s'ignorent avec le single You Weren't There. Le Vol. 3 est aussi fabuleux. Les mélodies sont à tomber, la passion est à son comble, les chaussettes se portent bas. Ne manque plus qu'une sortie vinylique pour que le bonheur soit total. En attendant ce jour béni, abusez de The Hand, qu'importe le volume.



The Art of Losing (+)

Regulator Watts
The Aesthetics Of No-Drag LP
Slowdime records 1997
[publié le 21 mai 2017]



Alors que le label espagnol BCore vient de rééditer la compilation The Mercury de Regulator Watts, l'occasion de revenir sur l'unique album du trio de Washington DC est belle. The Aesthetics Of No-Drag n'a jamais connu les joies de la réédition et ne pas le connaître serait criminel. Regulator Watts était un des projets issu de la dissolution de Hoover, groupe mythique de Dischord records. Joe McRedmond et Fred Erskine étaient partis former The Crownhate Ruin, le batteur Chris Farrall allait jouer dans The Sorts et Alex Dunham formait Regulator Watts. Rejoint par le batteur Areif Dasha Sless-Kitain et le bassiste Cret Wilson, ce groupe à la durée de vie très courte (1996-1998) a eu le temps de frapper durablement les esprits avec sa musique émotionnelle et explosive. Elle est typique de Washington DC et Dischord records en s'inscrivant dans une filiation Fugazi comme de nombreux groupes du label mais elle est aussi différente et unique. Entre la voix colérique, intense mais aussi distante de Dunham, son jeu de guitare qui pouvait aussi bien claquer des riffs précis, fougueux que dessiner des ombres et s'estomper dans un halo caverneux, une dynamique alternant les grands moments de tension et les parties plus flottantes ou mélancoliques, The Aesthetics Of No-Drag est un album riche et varié, tapant en plein dans le mille d'un punk-hardcore à fleur de peau avec des variations dub (False Idols et les lignes de basse en général) et une grosse poignée de titres inoubliables comme Mercurochrome, Halifax, Withchduck et The Ballad Of St. Tinnitus.
Si vous voulez prolonger le plaisir, il vous reste donc The Mercury réalisé à l'origine par Slowdime en 1998. Un CD regroupant le 12'' 4 titres The Mercury paru en 96, le single New Low Moline, le split single avec Stinking Lizaveta et six inédits. A noter que sur la réédition pour la première fois en vinyle de BCore, deux titres ont disparu (Vermilion et Hashknife Outfit) par rapport à l'original CD.

:: download Regulator Watts LP

info : 33 rpm, lyrics on printed inner sleeve. Recorded february 1997 with J. Carrera at Ben-Mar House Rabun County Georgia and april 1997 with G. Turner at WGNS Washington DC. Mastered and edited with A. Douches and G. Turner at West West Side. Graphic Art J. Farrell. Photographs P. Graham. False Idols sung by B. Sullivan. Watts systems limited A. Dasha Sless-Kitain, J. Cret Wilson, A. Timothy Dunham.



 
Gutariko Bat/Portobello Bones
split 7''
Amanita/Forked Tongues records 1997
Gutariko Bat
Ama 41 7''
Forked Tongues records 1997
[publié le 14 mai 2017]



Encore un secret bien gardé en provenance du pays Basque. On ne compte plus les groupes de ce coté de l'Espagne franchissant rarement les frontières de leur région, à la discographie éparse et dont on ne sait pas grand chose. Au début des années 90, Gutariko Bat n'échappait pas à la règle. On sait juste que Gutariko Bat s'est formé en 1994 à Bera, que cinq membres composaient le groupe (Xabier Iturria, Xabier Erkizia, Mikel Etxegarai, Mikel Zubieta et Iban Zubieta) et qu'ils ont été loin de tout enregistrer les morceaux qu'ils ont pu composer et jouer en concert durant leur vie qui s'est achevée aux alentours de 1999. Deux vinyles seulement sont connus et le premier est un split single avec les Tourangeaux de Portobello Bones. Gutariko Bat a laissé deux morceaux sans titre mais qui sont désignés par la lettre a et b. Les Basques pratiquaient un noise-rock épais, tumultueux, écorché, avec une grosse basse en son milieu. Ça ne rigolait pas, ça charcutait sévère à l'instar du premier morceau qui coupe net à 2'29 en pleine montée, en pleine baston. Coïtus interruptus assuré. Nul doute qui si ce groupe avait été publié par Amphetamine Reptile, leur trajectoire aurait été différente.
Sur l'autre face, Portobello Bones, figure emblématique des années noise dans les 90's en France, sort un inédit chanté en basque, Euskalerriko Emakume Batentzat. Je ne me rappelais plus avoir entendu un morceau des Portobello sonnant aussi noise-rock et rageur. Ce qui fait de ce split single un disque très homogène. Et surtout très bon.


:: download split 7''

info : 33 rpm, 1 insert with lyrics in Basque language for Portobello Bones. Gutariko Bat : azaroan grabatua Stephan eta Mai kelekin Amanita estudiotan. Hitzak eta musika gB eta Aintzane dh-n. gB. Portobello Bones : enregistré par F. Norguet & F. Olivéro, Studio Pôle Nord. Novembre 1996. Drawings : Jean-Paul Follain.






Le deuxième vinyle connu de Gutariko Bat se nomme Ama 41. Trois titres qui montent d'un cran dans la violence. Trois titres, toujours pas de nom. Les deux de la face A sont deux courtes bombasses de deux minutes chacun qui ne font pas de quartier avec cette basse toujours aussi jouissive, les deux guitares plus noise et dérapantes que jamais, un chant trafiqué sous le déluge, comme si Unsane était revisité par Glazed Baby. Et sur la face B, on s'en prend plein la tronche pendant sept minutes. Gutariko Bat devient plus lourd, plus lent, plus sifflant, plus dingue, les guitares crissent, le chanteur est malade. Une certaine définition du bonheur noise-rock. Un des singles noise des années 90 mais personne ne le sait.
Gutariko Bat avait également publié deux morceaux sur la compilation Blasé par Amanita records en 1997 aux cotés de Glu, Kourgane et Oharu entre autres. Ces deux morceaux avaient pour une fois des noms, Rolex et Gizon Gizen. Gutariko Bat ne faiblit pas et offre un spectacle saignant de très haut vol. Ces deux compos se trouvent ajouter dans le téléchargement de Ama 41 avec un autre titre, Press b, un instrumental free-noise-rock avec saxo intégré. Impossible de savoir d'où vient ce titre. On en trouve seulement trace sur une compilation de 3 CDs du label Arto Artian en 2006 avec également la présence de deux autres groupes, Gutural et Akauzazte. Sur cette compilation, la totale de la discographie de Gutariko Bat s'étale, soit les deux titres du split avec Portobello Bones, Ama 41, Blasé et ce Press b. Arto Artian avait également publié en 2006 un CD, Gutariko Bat 1996-1999, en version remastérisée avec exactement la même liste de titres que sur l'autre compilation. Je crois qu'on a vraiment fait le tour de tout ce que Gutariko Bat a pu enregistrer. Mais pas le tour de ce groupe mystérieux qui aurait mérité un tout autre sort tant leur noise-rock vous liquéfie sur place.

:: download Ama 41 7'' + bonus tracks

info : 33 rpm, black vinyl.


 

Honeywell
Industry LP
Mollycoddle 1993/Autometric 2000

[publié le 01 mai 2017]



Honeywell symbolise le début de hardcore chaotique ou autrement appelé screamo-hardcore. Aux cotés de Heroin ou Antioch Arrow, le groupe de Corona en Californie avait l'apanage des groupes qui inaugurent un style avant que celui-ci ne devienne un cliché, une copie de copie, une sale affaire qui avait jeté tout son feu. Quand Honeywell a débarqué, c'est une pleine volée de chaos qui vous sautait littéralement à la gorge, des rythmes dans tous les sens, un batteur en mode tornade, un déchaînement de guitares débridées, un son crade, une approche et des attaques noise, des samples qui s'interfèrent dans le bordel (avec même un cours de français à la fin de Thirty Eight), des accalmies pour reprendre son souffle mais ne durant jamais longtemps et le chanteur-hurleur qui donne tout et encore plus ce qu'il a du fin fond des poumons. Ça donne Industry et c'est une belle usine à gaz à laquelle on ne comprend rien mais qui dévaste tout sur son passage.
Industry a été publié à l'origine en 1993 par Mollycoddle records avec plusieurs pochettes différentes et republié en 2000 par Autometric avec là encore un artwork légèrement différent.
Et il vous coûtera beaucoup moins cher que l'original ridiculement trop coté. Honeywell a sorti également entre 1992 et 1996 trois singles dont un split avec Reach Out.

:: download Honeywell LP

info : 33 rpm, black vinyl. All words and music written and played by Honeywell 1992. On this recording : Josh Ovalteen-vocals, words; James Hildebrand-guitars, tapes; Bobby Adams-bass, sounds, vocals; Ryan Elliott-drumset. Recorded and mixed (like a dogs dead body in a hole) at diamend studios in San Dimas, California by Shawn Bossick november/december 1992.

 
Smoke
Pretend/Dirt 7''
Colossal records 1993

[publié le 22 avril 2017]




De Smoke, il en a été question ici avec les deux albums Heaven On A Popsicle Stick et Another Reason To Fast. Il restait un disque à découvrir, un single publié avant les deux albums, en 1993 sur Colossal records et dont le mérite est de présenter deux inédits, Pretend et Dirt. Vu que Smoke rend accro dès qu'on s'aventure dans leurs contrées singulières, c'est tout bénéfice. Pretend pouvait déjà se faire entendre en numérique sur une compilation d'inédits et raretés dont une partie a été dévoilée (le reste tarde à voir le jour) mais pas Dirt. Ce qui tombe bien car c'est le morceau le plus prenant des deux. Ce qui ne fait pas de Pretend un morceau inintéressant, loin de là, mais Dirt possède cette touche d'abandon sublime et de tragédie qui fait toute la beauté de Smoke. Guitare, banjo, violoncelle, cuivre et le chant unique de Benjamin. Si vous avez suivi l'histoire des deux albums, vous ne serez pas dépaysé par la formation pas banale de Smoke. De cette instrumentation surprenante, Smoke en tire des compositions sobres et enlevées, des mélodies à se pâmer de désespoir, rendant ainsi encore un peu plus consistant le mythe de ce groupe incomparable.

:: download Smoke 7''

info : 33 rpm, 1 insert with lyrics. Recorded in Neil Fried's basement. Guitar : Todd. Cello : Brian. Banjo : Bill. Horn : Bill. Voice : Benjamin. Cover art by James Ty Cumbie.


 
Stnnng/The Means
split 7''
Nodak records 2004

[publié le 14 avril 2017]



Vous vous demandiez tous quel était ce split single que Stnnng avait publié avant son premier album Dignified Sissy, genre ça vous empêchait de dormir. La réponse est là, à un clic du bonheur, un insupportable questionnement enfin résolu. C'était en 2004, sur un label de Chicago qui n'a jamais fait parler de lui, Nodak records et Stnnng avait déjà tout pour lui dès la naissance. Le groupe de Minneapolis évoluait à quatre à l'époque mais ça ne l'empêchait pas de produire un noise-rock déjà fortement aiguisé. Deux titres totalement inédits avec des titres improbables, I Held It For An Instant. I Knew What It Was... And Then It Was Vanished. Ça, c'est rien que pour le premier et il s'enchaîne sans forcer avec We Keep It Dark. Moins de deux minutes à chaque fois, le feu au cul, les rythmes qui se cognent dans les quatre coins d'une pièce chauffée à blanc, les riffs qui pleuvent et cette indéniable classe et un indécent savoir-faire qui ne les quitteront plus.
The Means n'a jamais défrayé la chronique. En 2004, ce groupe avait déjà deux albums à son actif sur Doubleplusgood records. Silence total. Campaign Blvd. est le dernier enregistrement que The Means a laissé à la postérité. Pour faire vite, The Means piétine des plates-bandes noise-rock identiques à Stnnng, un accent grunge en plus et de la pertinence en moins. Mais on a connu bien pire.

:: download split 7''

info : black vinyl, 45 rpm. The Means : Brad, David, Emily, Jaso, Kris. Stnnng : Adam, Chris, Jeremy, Nathan. The Means : recorded 19JAN04 on 8 tracks, each track .04'' wide. Mixed 29JAN04 to 2 tracks, each trck .079'' wide. Stnnng : in beautiful downtown Minneapolis, MN, these songs were : recorded by David Storberg at IPR on 11/13/03. Mixed by David Storberg, Brooce Templeton, and Stnnng at Ache & Spencer on 12/13/03. Mastered by Jeremy Lemos at Semaphore, Chicago. Printed at Stiff Upper Press. 254/600.


>> next