Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 01 octobre 2022  
Almanac Man
For Your Cause
 
publié le 30 septembre 2022 publié le 29 septembre 2022
Punching Swans
Gameshow
ÜT
Il Pozzo E La Piramide
publié le 28 septembre 2022 publié le 28 septembre 2022
Chat Pile
God’s Country
Chat Pile/Portrayal Of Guilt
Split 7’’
publié le 27 septembre 2022 publié le 27 septembre 2022
True Champions Ride On Speed
Hars
Haunted Horses
The Worst Has Finally Happened
publié le 26 septembre 2022 publié le 26 septembre 2022
Deaf Club
Productive Disruption
Deaf Club
Bad Songs Forever
publié le 25 septembre 2022 publié le 22 septembre 2022
Bitter Branches
Your Neighbors Are Failures
Throes
New Gods/Miserable Being - 7’’
publié le 22 septembre 2022 publié le 22 septembre 2022
Moon Pussy/Mirakler
Split 7’’
Mirakler
Instant Drugs/The Shootist 7’’
publié le 21 septembre 2022 publié le 19 septembre 2022
L&S
When The Vowels Fall
Olanza
s/t
publié le 13 septembre 2022 publié le 09 septembre 2022
Bad Breeding
Human Capital
Sexual Jeremy
The Real Sexual Jeremy
publié le 06 septembre 2022 publié le 04 septembre 2022
Girls In Synthesis
Konsumrausch
Grizzlor
Hammer Of Life
publié le 31 août 2022 publié le 28 août 2022
The Art Gray Noizz Quintet
s/t
Sinking Suns
Dark Days
>> next
The Art of Self-Defense
Drill For Absentee / Strand Of A Lake, Vol. 1
Drill For Absentee revient d'entre les morts. Après 23 longues années de silence, le trio américain qui avait sévit entre 1995 et 1999 avec deux disques dont on avait narré tous les bienfaits a décidé de se reformer. Avec deux membres d'origine, Mickael Nace (guitare, chant) qui se trouve à Philadelphie et Kevin Kelly (basse, chant) à Los Angeles et Ken Kuniyoshi, un nouveau batteur japonais (Okinawa) à la place de Bryan Sargent, Drill For Absentee a réussi à vaincre non seulement les barrières du temps mais aussi géographiques pour écrire quatre nouveaux titres regroupés sous le nom de Strand Of A Lake, Vol. 1. Un Vol. 2 paraîtra d'ici la fin de l'année, toujours virtuellement et mon tout sera réuni courant 2023 sur un vinyle grâce à l'action conjointe de Fonoradar records en Europe et Friend Of Mine au Japon. Et le moins que l'on puisse dire après toutes ces années, c'est que DFA n'a rien perdu de sa fougue et de son talent. Leur noise-rock à émotions dans le vague sillage d'un Shipping News, A Minor Forest ou certains groupes de Dischord a même pris du muscle et des couches de bruits supplémentaires, une tendance post-hardcore qui se mélange idéalement avec leur approche noise 90's toutjours emprunte de finesses. Superbe retour et vivement la suite.
[publié le 29 septembre 2022]

Wipes - Day Job / split tape
Le patron de Hex records avait juré craché de ne jamais sortir de cassette (je le soutenais secrètement) mais il a fini par craquer. Trois titres pour chaque groupe sur ce format qui donne un son ingrat ou comment dans ce cas là vanter les avantages du numérique (un comble). Wipes, deux membres de Tile avec un troisième larron qui avaient déjà sorti un (bon) single et qui, avant de publier imminemment sous peu un premier album sur un vrai vinyle de champion, se fendent de trois inédits. Productivité maximale pour efficacité redoutable. Noise-punk avec un petit coté Hammerhead pas dégueulasse sur Pick Me et un sens de la compo affirmée comme sur l'excellent Disappointment Sucks (ce qui n'est donc pas le cas ici) plus grésillant de gras et de lourdeur, ce qui est le cas aussi de Recognize.
Day Job piétine des plates-bandes assez similaires avec une approche plus sludge ou grunge ou métallurgique, c'est au choix. Un nouveau groupe avec deux anciens Null qui donne envie de surveiller la suite mais en attendant, ça fait parfaitement... le job.
[publié le 27 septembre 2022]

Cornice / tape
Le projet de sortir des inédits de Cornice était dans l'air depuis quelques temps. Sun in yr Head, label de Clermont Ferrand concrétise nos souhaits en publiant une cassette d'inédits live et studio enregistrés entre 1993 et 1997. On y retrouve The Stringed Instrument Maker (en version live) seul morceau qui avait bénéficié d'une sortie à l'époque et dont on vous avait narré un bout d'histoire l'année dernière. 16 autres compos sont également présentes et c'est un vrai bonheur d'entendre enfin toute l'étendue de leur poésie punk, déglinguée, étrange, unique.
[publié le 26 septembre 2022]

Muscle Vest / Hot Hot Hate
Plus rien n'arrête Muscle Vest. Moins d'un an après Live Laugh Loathe, le quintet anglais sort Hot Hot Hate. Alors c'est toujours un EP (4 titres), c'est même plus en cassette (sans oublier un split 7'' également virtuel en juillet) et c'est toujours aussi bon. Trublion noise enragé et enthousiaste, le groupe londonien se donne sans compter, virulent tout en ne se prenant franchement pas au sérieux si on en croit le clip de Solitary Life, frénétique tout en étant punitif, à deux doigts du chaos mais délicieusement rentre-dedans. Ruby (c'est le nom du chien sur la pochette) peut être content, ces maîtres font du très bon boulot.
[publié le 23 septembre 2022]

Demons / Swallow
Quatre titres aussi brutaux qu'accrocheurs, chaotiques que fulgurants, c'est Demons, groupe de Norfolk (Virginie). C'est la tradition Botch à votre porte et elle vous claque à la tronche en même pas six minutes avec ces brûlots courts, lourds, denses, limpides comme un coup de trique et ça se gobe cul sec sur Swallow, cassette éditée par Knife Hits records.
[publié le 16 septembre 2022]

>> next
 
The Art of Losing (+)
Noxagt
s/t - CD
Load records 2006

[publié le 02 octobre 2022]



Changement de taille pour le troisième album de Noxagt. Le violon de Nils Erga est remplacé par la guitare baryton de Anders Hana. On pourrait penser que le trio norvégien perd de son originalité pour cadrer avec une structure plus rock, conventionnelle et donc percutante à même de rassurer un plus grand nombre pour qui les affres des deux premiers albums étaient trop sauvages et débridées. Peine perdue. Noxagt reste ce monstre rythmique implacable, hypnotisant avec qui la guitare se débat et hurle à la mort au bout d’un tunnel noir de désespérance, une entité noise toujours aussi singulière. Et s’il est possible de concéder effectivement que ce disque se montre un peu plus efficace et accessible, c’est avant de tomber sur les onze minutes finales de The Impious One. C’est trois mecs avaient pactisé avec le diable. La même année, le label français Textile records avait publié un split LP live entre Noxagt et Ultralyd (autre groupe avec Brandsdal et Hana) mais le résultat s’annonce décevant, techniquement laborieux et donc pas franchement utile. Mieux vaut directement se transporter en 2014 avec le retour de Noxagt venu à nouveau nous piétiner la tronche. Mais depuis le nouvel album Brutage et une compilation, Noxagt n’a plus donné signe de vie.

:: download s/t CD

info : Produced by Scott MacLeod and Noxagt. Recorded January 2006 at Athletic Sound. Mastered by Audun Strype. Anders Hana: baritone, Kjetil D Brandsdal: bass, Jan Christian Lauritzen: drums. Photography by Torbjorn Rodland. Cover design by The Sleeve Committee.

 
Noxagt
The Iron Point - LP
Load records 2004

[publié le 24 septembre 2022]



Deuxième album du trio norvégien Noxagt, The Iron Point marche sur les traces de Turning It Down Since 2001 sorti un an plus tôt. Avec encore plus d’acuité, d’intensité, de pénétrant. La triplette basse-batterie-violon tabasse, crisse, se gondole d’un bonheur rude et persistant. Et c’est à écouter à fort volume pour que ça flagelle bien les chairs. Noxagt s’est une nouvelle fois offert les services d’un producteur de renom en la personne de Billy Anderson qui avait déjà œuvré sur le premier album. Mais au-delà de l’aspect véhément, déstructuré voir chaotique et très rugueux de l’ensemble, la musique du trio a le don de posséder de l’ampleur, une puissance vaste permettant de respirer et pas seulement le temps de deux titres plus étranges et atmosphériques, Kling No Klokka (morceau traditionel norvégien chanté par le grand-père du violoniste) et Regions Of May, reprise de Tom Rapp (Pearls Before Swine). Imposant jamais écrasant, expérimental jamais abscons, rude mais brûlant à l'intérieur. Noxagt s’y connaissait en distribution de torgnoles et grosses soufflantes qui ramenaient dans le droit chemin et pour le reste, vous n’avez qu’à lire la chronique de l’époque.

:: download the iron point LP

info : 33rpm, gatefold cover. Kjetil D Brandsdal: bass and baritone guitar. Nils Erga: viola, violin and piano. Jan Christian L Kyvik: drums and percussion. Hagbard Heien: vocals on "Kling No Klokka". Billy anderson: production. Audun Strype: mastering. Torbjorn Rodland: photography. Fort Nox: design. Liner notes: Stefan Jaworzyn, New Year's Day, 2004. Financial and political assistance: Stavanger Kommune.

 
Noxagt
Turning It Down Since 2001 - LP
Load records 2003

[publié le 18 septembre 2022]



Il avait été question de Noxagt lors de la présentation de leurs deux premiers singles parus en 2002. Qui n’était pas réellement les débuts de Noxagt puisque Kjetil Brandsdal (basse) avait déjà commencé en solitaire l’aventure Noxagt depuis 1999 (un CD sorti par Synesthetic regroupe tous ces enregistrements). Mais en 2001, Noxagt passe aux choses sérieuses. Avec Jan Christian L. Kyvik à la batterie et Nils Erga au violon, Noxagt va tout défoncer sur son chemin en trois albums incontournables. Le premier de cette formation atypique et entièrement instrumentale est sorti en 2003 par un non moins singulier label américain (Providence), Load records qui hélas n’existe plus. Et c’est bien dommage tant il avait la capacité à dénicher des groupes qui sortent du lot. Avec son violon strident qui agit souvent comme une guitare complètement vrillée et la puissance de l’enclume qui s’écrase sur votre nuque de la part d’une massive, rugueuse et néanmoins leste section rythmique, Turning It Down Since 2001 déboulait dans le paysage comme un album totalement aliénant, lourd, angoissant, à l’aura expérimentale mais qui savait mettre des pains pour que ça reste dans les clous du rock. Un disque qui n’a rien perdu de sa superbe.

:: download turning it down since 2001 LP

info : 33rpm, poster. Kjetil Brandsdal: bass. Nils Erga: viola / piano on "Church". Jan Christian L Kyvik: drums. Produced by Billy Anderson. Recorded at Athletic Sound. Mastered by Audun Strype. Photos by Torbjorn Rodland (front) and Ingeborg Thorsland. Cover by Kevin Foust with Noxagt.

 
Tinsel Teeth
Trash As The Trophy - LP
Load records 2010

Pink Eye - CD
Nail In The Coffin records 2010
[publié le 05 septembre 2022]



Si vous aimez votre noise-rock violemment et vertement remué, secoué, battu et laissé tel que sur le carreau totalement démembré, Tinsel Teeth est taillé pour votre sagacité. Mais faites attention quand même. 2010 aurait été l’année de Tinsel Teeth, groupe de Providence. Load records s’était chargé de publier Trash As The Trophy. Avec Brandon Perras (guitare), David Pignone (basse), Will Sneep (batterie) et la redoutable Stephanie Neves au chant, Tinsel Teeth s’était glissé dans les pas – et c’était courageux de leur part – de Bar-B-Q-Killers, Jack-O-Nuts et Jaks pour mieux les piétiner et offrir une version radicale mais ô combien jouissive d’un noise-rock extrêmement convulsif, tourmenté, indomptable, chaotique où subsiste des pics pour miraculeusement s’y raccrocher et ne pas sombrer dans la tempête incessante et qui pourrait trouver son pendant actuel du coté de Lyon avec les récents Schleu. Leurs concerts avaient la réputation d’être sulfureux grâce/à cause de la performance déjantée et provocante de la chanteuse. Jamais eu le plaisir de les voir en concert mais les photos d’époque qui sont toujours visibles laissent présager du grand n’importe quoi. Reste ce disque qui est de la folie aussi.

:: download trash as the trophy LP

info : 33 rpm, 2 inserts. Recorded by Kris Lapke. Mastered @Peerless. Name tag by Josh Kintaan. Insert layout by Laura Mullen/Stephanie Neves. Photos by T.T. Crew + Ornge.





La même année, Tinsel Teeth avait publié un autre album, Pink Eye. Qui dans le grand agencement du temps a été enregistré avant Trash As The Trophy, en 2007 et 2008 mais que le label Nail In The Coffin avait inexplicablement négligé. Il avait fini par sortir, dans la douleur et l’autre joue pour prendre une grosse claque tu tendras. Il est même possible d’avancer que pour rentrer dans le monde tumultueux de Tinsel Teeth, Pink Eye serait préférable car présentant un visage légèrement plus abordable. Mais tout est question de distance et d’habitude. Et d’un son légèrement moins trash et plus percutant et des compos plus longues et complexes qui peuvent faire moins peur. Mais Tinsel Teeth n’est toujours pas fait pour les pieds-tendres. Les cris stridents de Steph Neves sont là pour régulièrement le rappeler. Une performeuse qui se présente désormais sous le nom de Gyna Bootleg, qui a multiplié les projets et qui vient tout juste de se manifester à nouveau avec Vomitatrix avec comme camarades de jeu Weasel Walter, Tim Dahl et Rick Eye. Ultra pop. Par contre, la chronique de l’époque parlait d’un poster accompagnant le CD. Je n’en sais foutre rien où a pu passer ce damné poster. Je me demande même s’il a vraiment existé. Tinsel Teeth rend dingue.
Mais Tinsel Teeth ne va pas vous quitter comme ça. Steph Neves est partie à la suite de Trash As The Trophy - sans doute une question de survie - et les trois lascars restants avaient tout de même enregistré dans la foulée un nouvel album. Il a fini par voir le jour bien des années plus tard, uniquement en version numérique avec un mixage rapidement dégrossi. Le guitariste et le bassiste se partagent le micro. Le trio a toujours la main lourde, leste et agitée et ma foi, c’est très agréable de se prendre une troisième dose (en plus c’est téléchargeable gratuitement).


:: download pink eye CD


info : -

 
Friend Collector
s/t - LP
Terra Firma records 2012

FCII - tape
Self-released 2013
[publié le 29 août 2022]



Dix ans que le premier et unique album de Friend Collector est sorti. Un disque que vous trouverez aussi sous le nom de American Demos bien que ce soit marqué nulle part sur le disque du trio de Baltimore. Un détail que Friend Collector fait voler en éclats tant son noise-rock est belliqueux, salement revêche et jusqu’au-boutiste. Faut pas s’attendre à des accroches, un groove entraînant et un brin de lumière dans ce noise-rock là. La perception n’a pas changé après toutes ces années. Du noise-rock pour les plus nihilistes d’entre vous. Se faire matraquer, piétiner, étouffer, longue décharge radicale de sept morceaux giclant comme ça vient et pouvant culminer au-delà des sept minutes. Un bonheur extrême qui se mérite mais un bonheur tout de même qui n’a rien perdu de sa funeste force et violence.
L’année suivante, en 2013, le trio comprenant deux ex-The New Flesh sort FCII en mode cassette uniquement. Un format qui n’a jamais été en odeur de sainteté ici. Il faudra donc se contenter du numérique et franchement vous auriez tort de vous en priver. Six titres dont l’enregistrement gagne en qualité, en clarté et donc en impact. Rien que les cinq minutes du génial titre d’ouverture Emotional Appeal devrait vous suffire pour vous convaincre de télécharger ce grand moment de sport. Et les compos suivantes sont à l’avenant pour une damnée cassette qui se montre au final un cran au-dessus de l’album, aussi bien niveau son que écriture. Friend Collector, du noise-rock pour les puristes.




:: download s/t LP
:: download FCII tape

info : 33 rpm, 1 insert, 2 stickers. Recorded, mixed, mastered, by Nick Skrobisz in Baltimore, July 2011 and January 2012. Artwork by Scott Russell.


>> older posts