Dernières chroniques | Recent reviews
publié le 21 janvier 2019
Cortez
No More Conqueror – LP+CD
Grains Of Sand/Get A Life !/Wooaaargh/Cheap Satanism/Basement Apes Industries 2018

Mine de rien, ça fait déjà cinq années que Cortez n'avait plus donné de nouvelles. Mais leur
>>
publié le 16 janvier 2019
Sewingneedle
User Error – LP
Aerial Ballet records 2018

Second album pour Sewingneedle, groupe de Chicago qui sait faire honneur au noise-rock de sa ville. Greg Norman est aux manettes et il
>>
publié le 14 janvier 2019
Bummer
Holy Terror – LP
Learning Curve records 2018

Vinyle bleu-blanc-rouge, rien ne bouge. Ce n'est pas en honneur de la France que Bummer a choisi ces magnifiques couleurs qui ont du plomb
>>
publié le 12 janvier 2019
Half Human
Positive Image – LP
Specious Arts records 2018

S'il fallait compter sur le premier album de Half Human pour éclairer les intentions du précédent single, c'est peine perdue. Le propos reste
>>
Binidu
Nouvel Ancient – CD
Kythibong records 2018

Nos horloges n'indiquent jamais l'heure vraie. C'est à partir de cette phrase énigmatique à l'intérieur du digipack dont le nom Nouvel Ancient
>>
publié le 10 janvier 2019
Little Ugly Girls
s/t – LP
Chapter Music records 2018

Il est temps de sortir Little Ugly Girls au grand jour. Trente ans que ce groupe Australien existe. Il a fallu attendre 2018 pour voir leur premier
>>
publié le 09 janvier 2019
Spray Paint And The Rebel
Charles And Roy's Purple Wang – LP
Ever/Never records 2018

Troisième volet des collaborations de Spray Paint. Quatre si on compte celle avec Dan Melchior sous le nom de Contributors. Cela a commencé avec
>>
publié le 08 janvier 2019
All Mangled And Deformed
A Hammerhead Tribute – LP
Kaos Kontrol/Speakerphone/Rundgäng records 2018

L'album tribute, un exercice toujours périlleux. Nombreux se sont cassés les dents, d'autres - plus rares - ont réussi à passer l'obstacle avec
>>
publié le 07 janvier 2019
Roht
Iðnsamfélagið Og Framtíð Þess – LP
Iron Lung records 2018

Premier album pour Roht après une série de singles dont un tout noir qui avait marqué au fer rouge. Roht, un duo islandais, Reykjavik, c'est écrit
>>
publié le 06 janvier 2019
Wolfhounds
Hands In The Till : The Complete John Peel Sessions
A Turntable Friend records 2018

Quand on aime, on ne compte pas. Les disques de Wolfhounds remplissent les étagères. Pas un ne manque à l'appel. Pas un. Certains sont
>>
publié le 05 janvier 2019
Fleuves Noirs
Respecte-Moi – LP
Etienne-Disqs/Tandori/Jarane/Poutrage/Te Koop/Smart & Confused records 2018

Un avion qui s'écrase contre une montagne, le regard de dément comme un copilote
>>
publié le 02 janvier 2019
Pardans
Spit And Image – LP
Tambourhinoceros/Third Coming records 2018

Second album pour les Danois de Pardans avec double ration de titres et donc deux fois plus long que son prédécesseur
>>
publié le 01 janvier 2019
Hoaries
Crudforms Vol. 3 - 7''
Dreamy Life records 2018

Dernier single de Hoaries, le volume 3 conclut en beauté la série Crudforms avant de passer à l'album dont l'enregistrement est prévu pour
>>
publié le 21 décembre 2018
Pylone
Silence – LP
Kerviniou/Rejuvenation/Bruisson/A Tant Rêver Du Roi/Gabu records 2018

Pylone rebranche le courant. Cinq années après Things That Are Better Left Unspoken suivi
>>
publié le 20 décembre 2018
Great Falls
A Sense Of Rest – 2xLPs
Corpse Flower/Throatruiner records 2018

N'y allons pas par quatre chemins et tuons le suspens dès le début, Great Falls vient de sortir son meilleur album. C'est le quatrième et c'est
>>
publié le 19 décembre 2018
Daughters
You Won't Get What You Want – 2xLPs
Ipecac records 2018

You Won't Get What You Want. Ça tombe bien car je n'attendais strictement rien de spécial du nouvel album de Daughters. Pire, je n'étais même
>>
publié le 18 décembre 2018
Viagra Boys
Street Worms – LP
Year0001 records 2018

Les vers de terre grouillent sous la rue, grignotent les pieds des morts et ne forment plus qu'un quand le corps des humains se décomposent.
>>
publié le 17 décembre 2018
Qujaku
s/t – 2XLPs
So I Buried records 2018

Qujaku, ça veut dire paon en japonais et c'est une sacré bestiole au plumage bigarré et au ramage singulier. Un groupe de Shizuoka qui s'inspire
>>
publié le 16 décembre 2018
Think Kastendeuch
Morning Glory Wine – CD
Self-released 2018

Je pensais ce bon vieux Kastendeuch à la retraite mais le groupe parisien bouge encore. Huit ans après un Draft Punk qui n'avait pas laissé un
>>
Statues
Adult Lobotomy – CD
Crazysane records 2018

Statues prend pied à Umea (Suède) mais n'est pas un jeune groupe pour autant. Deux anciens Kevlar (Johan Sellman, guitare/chant et Magnus
>>
publié le 13 décembre 2018
D.U.D.S
Immediate – LP
Et Mon Cul C'est Du Tofu ?, Opal Tapes, Red Wig records 2018

C'est toujours la même histoire avec D.U.D.S. Écouter leurs albums et assister à un concert
>>
publié le 12 décembre 2018
Big'n
Knife Of Sin – LP
Computer Students records 2018

Big'n sort de sa retraite. Pour la deuxième fois. Après un retour en 2011 avec trois concerts incendiaires en France et le 10''
>>
publié le 11 décembre 2018
Popper Burns
Pure Disgust – LP
Self-released 2018

Popper Burns est issu de la prolifique scène queercore d'Austin mais on fera volontiers fi des genres autant que des étiquettes musicales
>>
Unholy Two
The Pleasure To End All Pleasures – LP
12XU records 2018

Va pas falloir être petit joueur sur ce coup là. Unholy Two débarque avec son troisième album et si vous avez encore en souvenir le
>>
publié le 10 décembre 2018
Malm
Kollaps – LP
Jackalope Music 2018

Il est grand temps de s'intéresser à Malm, groupe allemand qui fête ses vingt ans d'existence. Kollaps est leur troisième album (le premier en vinyle
>>
publié le 07 décembre 2018
Phoenician Drive
s/t – LP
Exag', S.K. Records 2018

Il faut savoir aller au-delà de cette pochette qui fait peur et qui va attirer tous les curés pédophiles comme il faut savoir aller plus loin que votre
>>
publié le 06 décembre 2018
Anna Sage
Downward Motion - CD
Dingleberry, En Veux Tu ? En V'la !, Vox Project, Itawak records 2018

Le propos est très clair, les intentions affichées sans se cacher. Anna Sage fait du metalcore
>>
Snack Family
Bunny – LP
Slowfoot records 2018

Chez Snack Family, la table est grande et généreuse. De nombreux invités s'y assoient et l'énumération qui va suivre ressemble à un
>>
publié le 04 décembre 2018
Microwaves
Via Weightlessness – LP
Three One G records 2018

En guise d'amuse-gueule, Microwaves avait annoncé son retour avec le split en compagnie de Couch Slut alors que le trio de Pittsburgh
>>
publié le 03 décembre 2018
Huffduff
HF/DF – LP
Meta Matter, ChuChu records 2018

Quand un ancien Eniac se pointe au portillon, je me bouscule toujours pour aller voir de quoi il retourne. Martin Rudolph (alias Sissy Phosphor), le
>>

>> next








Dernière mise à jour du site | last update :: 21/01/2019
<23|12|2018>
En Russie également, on sait faire du noise-rock. Le groupe s'appelle Jars. Tous leurs enregistrements sont sortis uniquement en cassette ou en version numérique mais vous auriez tort de vous en priver si des mots comme Unsane, Jesus Lizard, Glazed Baby et autres pointures noise crépitantes sont du miel à vos oreilles, vous savez ce qu'il vous reste à faire.


The Art of Losing (+)

Pachinko
Behind The Green Pachinko - LP
Alternative Tentacles records 1996

Splendor In The Ass II : Electric Boogaloo - CD
Alternative Tentacles records 1999

[publié le 18 janvier 2019]



Le souvenir des deux albums de Pachinko n'est pas franchement à leur avantage. Une réminiscence mitigée de deux albums ne possédant pas le souffle et la vigueur des cinq précédents singles. D'ailleurs, ce premier album Behind The Green Pachinko ressemble plus à une succession de singles mis bout bout qu'à un véritable album cohérent, des courts morceaux dont l'impact aurait été autrement plus grand et subversif sur des singles. Malgré tout, si Pachinko a tout mis ce qu'il avait en magasin, de quoi trouver son bonheur il y a en cinquante minutes de noise anarchique, saturée, encrassée filant sur des itinéraires bis cabossés. En dehors de Cecil toujours dans les bons coups et Sherben qui se trouvaient déjà sur les singles, Pachinko assène seize morceaux saturant de partout avec des riffs tueurs (Tags), les frappes dans les tibias par derrière, les voix noyées dans le bordel, de gros glaviots épais ne respectant rien, une noise épaisse pleine de grumeaux régulièrement éclatés, les samples retors, l'humour débile, les bruits de bouteille sur une chevauchée fantastique (I Gotta Lotta Lotta Issues (Yea Yea Yea)), l'urgence jamais loin de la folie qui guette. Les pépites, il faut les chercher, les mériter mais elles sont là, elles brillent dans le chaos et illuminent le ciel en rouge sang dans un final assourdissant de quatorze minutes (Bullit XYY). Behind The Green Pachinko retrouve une seconde jeunesse, de la sève et de l'intérêt. Saleté de souvenirs.

:: download behind the green LP

info : 33 rpm, 1 insert with lyrics. Brech : Vocals, guit, egg, hava nagila, plastic tube, van, tamborine. Matthew : Bass, vocals, coffee, intercom, farfisa. Mike : Drums, 2-way vocals, bottles, air duct. No cubes were solved during this recording. Recorded and mixed at Coney Island Studios, Madison, WI. Engineered by Wendy, except "Cecil,'' ''Sherben,'' and "A.O.D.". Those germs were done at AmRep Studios by some guy in white pants and shiny black shoes. Hornung & Blum also played on those fine melodies. Nicole Grüter : Lyrics, vocals on "Bullit XYY". Mastered at Fantasy Studios, Berkeley, CA, by George Horn & Jello Biafra. Artwork provided by Pachinko. Artwork questioned, resubmitted, and finally built played by the fine folks in Pachinko.





Pour Splendor In The Ass : Electric Boogaloo, c'est bien simple, les souvenirs ont totalement disparus. Mais le verdict est simple. Ce deuxième album de Pachinko est tout bonnement excellent, une taille au-dessus de Behind The Green. En terme d'enregistrement déjà. Pachinko ne joue plus systématiquement la carte de la saturation et du tuyau d'échappement bouché avec une patate. Le propos n'en devient que plus puissant, limpide sans que le groupe passé à nouveau en quatuor avec un nouveau bassiste et batteur ne perde de sa démence rampante. Et surtout les morceaux n'hésitent pas à courir au-delà des trois minutes, haussent la forme et le ton et de jolis parpaings bien consistants et impressionnants s'érigent à votre vue comme Losers Never Win, Fat Ass For Par, Splendor In The Ass ou El Paso sans oublier quelques vérités bien envoyées brûlant tout sur leur passage (Brock, Magnus), des compos plus travaillées et qui tiennent au corps. Pachinko, un groupe qui ne s'est jamais pris au sérieux, aimant jouer aux tâcherons ou lourdingues de service, brouillant les pistes mais avec cet album, Pachinko prouve qu'il avait vraiment le droit de figurer au panthéon des groupes noise qui comptent pendant les années 90. Il n'est jamais trop tard pour les réhabiliter.

:: download splendor in the ass CD

info : Brech : Vocals, Guitar, Theremin. Magma : Drums, Vocals. Greg Norman : Bass, Vocals. Matt Quigle : Samples. We challenge The Fuckemo's to a tug of war. Recorded at : Smart Studios. Produced & Engineered by : Mike Zirkel. Assisted by : Jay The Mexican. Taunted by : Pachinko. Mastered at : Fantasy by George Horn, Biafra & Brech. Design by : Jason Rosenberg @ Red Alert Visuals. Band photo by : Carlos. All songs, Music, Lyrics & Bullshit by Pachinko except : Aunt Doot by Scott "toots'' Bonneville & a couple Quigle worked on...



 
Pachinko
Who Shaved Pachinko ? - 5''
Rhetoric records 1995

El Diablo En Señorita - 7''
Alternative Tentacles records 1996

[publié le 11 janvier 2019]



Seconde et dernière salve de singles de Pachinko après les trois premiers 45 tours entre 1992 et 95. 1995, une année productive puisque le groupe de Madison qui évolue désormais en trio publie un second single après (ou juste avant ?) I Naked. Trois titres qui rasent gratos. Who Shaved Pachinko ?, c'est de la bombe qui napalme la tronche sans coup férir, du Pachinko au top de sa forme, un noise-rock épais, sale, malsain, urgent, des rythmiques de bombardiers avec Easy Jesus et Johnson Dropped The Hash en avant-poste et Rich, titre du premier single réenregistré pour l'occasion et qui gagne en densité comme si cela était encore possible. En plus, l'emballage est hautement étudié avec un disque en format mini (un 5 pouces) dans une pochette plastique transparente, trois inserts dans une enveloppe et mon tout dans une plus grande enveloppe et dont 1000 exemplaires parcourent le monde.

:: download who shaved pachinko ? 5''

info : 33 rpm, 2 inserts with lyrics + 1 promo label insert. 5'' in a clear plastic wallet inside a Columbia 6x9 mailer with screeprinting + inside a mailer with the 3 inserts. Brech : lead vocal, guitar, & loose cannon. Matthew : bass, vocal, & flourchild. Brian : drums, lungs, & drums. The recording occured somewhere in Mpls, MN. in the PM. The arrests occured somewhere else in Mpls, MN. in the AM. 1st 1000 covers made solely by the bands of underpaid liberals.





Cinquième et ultime 45 tours de la discographie de Pachinko, le trio s'offre les services de la prestigieuse maison Alternative Tentacles avec Jello Biafra qui a craqué sur ce groupe et sortira par la suite leurs deux albums. Avec Who Shaved Pachinko ?, El Diablo En Señorita est ce que Pachinko a fait de mieux. On retrouve des traces de Johnboy, Unsane, voir Shorty et Mount Shasta dans ces trois titres, un chant parlé très en vogue à l'époque dans le milieu noise qui continue à faire passer le frisson sur Bobble Head alors que les quatre minutes de Get Along Gang montre un Pachinko capable de maîtrise pour un mid-tempo intense et ravageur. Tout le contraire de Lesbians And Lovers qui expédie la sauce en une minute incendiaire. Pachinko au sommet de son art. Olé.

:: download el diablo en señorita ? 7''

info : 33 rpm. Pachinko Proudly Presents : Brain - as The Matador. Matthew - as the Señorita. Brech - as The Bull. "When you fuck with the bull you get the horns." - Sun Tzu.

 
Pachinko
When The Going Gets Tough, The Tough Get Dirty - 7''
Bovine records 1992

Deep Inside - 7''
Rhetoric records 1993
I Naked - 7''
Satan's Pimp records 1995

[publié le 07 janvier 2019]



Première salve de singles à la gloire de Pachinko, groupe de Madison dans le Wisconsin. Un groupe qui s'est réactivé en 2017 avec un album, State Your Grievances, qui aurait mérité meilleur sort que d'être uniquement gravé à vie dans le monde numérique. Mais c'est un peu tout le résumé de la vie de Pachinko. Un groupe toujours resté à la marge, à vivoter dans l'ombre, pas assez pris au sérieux (mais il n'a pas fait grand chose pour), un groupe estimé par ses pairs et une poignée de fans mais qui n'a pas pu, pas su, laisser une trace plus profonde dans le paysage noise de l'époque. Même leurs deux albums réalisés pourtant par Alternative Tentacles n'ont rien fait pour leur renommée. Tout avait commencé en 1992 avec le 7'' When The Going Gets Tough, The Tough Get Dirty sur le label Bovine records géré par Sean Wipfli qui était aussi le guitariste de Pachinko. Il quittera le groupe à la suite de ce single. Pachinko, c'était un noise-rock sale, lourd et poisseux, un mélange de Cherubs, Killdozer et Mama Tick pour l'humour graveleux et très second degré. Les quatre titres de ce premier jet, Cecil en tête, sont parfaits de saturations, de fuzz, de chant virilement correct, de groove nerveux ou d'une lourdeur abyssale (Rich) à se pâmer dans le caniveau. Par contre, la particularité de ce single est que les quatre titres se retrouveront plus tard à nouveau sur d'autres singles de Pachinko, réenregistrés et dans des versions légèrement différentes, comme si Pachinko n'avait pas été satisfait de ces travaux de jeunesse mis en boite sur un deux-pistes. Ce single était pourtant idéal pour débuter dans la vie et aurait pu sortir sur le Amphetamine Reptile de la grande époque qu'on aurait rien trouvé à redire.

:: download when the going get tough 7''

info : 33 rpm, 1 insert. Pachinko is : Brian Brech; guitar/voc's. Matt Quigle; bass. Sean Wipfli; guitar. Brian Blum; drums. Cover, lino stamp, layout by Sean. Recorded/mixed live/direct to two-track dat by Ken U. at Not Smart Studio's 7/26/92





En 1993, Pachinko publie son second single sur Rhetoric records avec un nouveau second guitariste, Chris Hornung. Cecil est à nouveau de la partie. C'est directement enregistré dans les studios Amrep. Un sample a été rajouté au début. Et pas que. Question puissance, vitesse, hargne, Cecil prend une sacré densité, une nouvelle dimension, Pachinko fait feu de tout bois. Les nonnes sont vertes de bonheur. Comme les deux autres morceaux, Sherben et Rickey, sont d'un calibre identique, Deep Inside devient un single urgemment indispensable et de plus en plus incontrôlable, une bombe à retardement qui ne demande qu'à éclater toujours et encore. A l'intérieur de la pochette, il est écrit qu'un split single avec Shorty va sortir en décembre 93 sur Skin Graft records. On l'attend toujours.

:: download deep inside 7''

info : 33 rpm. Fatherland guitar : Brech. Drums : Brian. Left-wing bass : Matt Q. Broken guitar : C. Norman Hornung. Recorded at Am Rep Studios - March '93. Nob turning by that Mac Guy. Christopher Norman Hornung - b. 3/9/68 - d; 6/5/93. Dedicated to the memory of former Pachinko guitarist, Christopher Norman Hornung, who passed away following serious trauma brought on by a shocker-boat accident. Perhaps now he has found the peace that he could never find on stage. He will be dearly missed.







Sur I Naked où Pachinko évolue désormais en trio, ce sont deux titres du premier single qui se retrouvent réenregistrés. Aunt Doot et Tantrum. Là encore, les deux compos prennent du coffre et vont directement à l'essentiel à l'instar de Tantrum qui se voit raboter de ces samples introductifs et torche le tout en cinquante-quatre secondes sauvages. Il ne reste plus que Fluff Girl pour tenter de vous remettre les idées en place. Mais c'est peine perdue. Le mélange sample/voix de dingue que Pachinko adorait glisser dans son noise-punk rajoute à ce sentiment de folie et d'urgence d'un titre dont la fin ne peut-être que le mur, solide et indestructible. Sans doute ce qui est arrivé à Jeff Roork dont le portrait orne le verso de la pochette, qui avait concocté les flyers illustrant le recto et qui a tiré sa révérence en 1995 après avoir vu le jour en 69.

:: download i naked 7''

info : 45 rpm. Employees/Wages : Brech/$4.50/hr plus tips. Brian/$8.13/hr. Matthew/$7.50/hr. Cover flyers by Jeff Roork (RAT TAR) - circa 1990-94, Madison, WI. Layout by Thickie Holden & Sabrina Moholanger-Jones. Recorded in the breakroom 1:00-1:15pm Tuesday.


>> next