Jaks

Ann Arbor, Michigan. De cette ville du Midwest a déboulé un groupe météorite mais dont la trace est encore bien présente dans tous les esprits qui ont la chance de la croiser. 1993-1996, deux singles, un album. Et une compilation pour boucler la boucle. Merci, bonsoir.
Chacun des membres a donné l'initiale de son prénom ou son nom pour former Jaks. Jessica Ruffins, Sean Antanaitis, Katrina Ford et Shawn Gates. Ils sont allés rendre visite à Steve Albini pour chaque enregistrement. Le résultat est un noise-rock hystérique et halluciné. A fortement déconseiller pour les épileptiques.

Premier single en 1993. Five-Nine (sur Ethos records) comporte quatre morceaux qui ont déjà tout bon dès le début. Alamo, Cavity, Bomb Pop et Ed's Steakhouse, c'est de la bombinette férocement cinglante et délicieusement rêche. Un guitariste maniaque, une section rythmique qui concurrence le typhon, ça attaque de tous les cotés, ça respire juste ce qu'il faut, c'est droit dans ta tronche tout en ayant l'impression d'être enfermé dans une lessiveuse en mode essorage rapide. Avec pour couronner et transporter le tout, la voix incroyable de force, de folie et de feulement de Katrina Ford.

Mais à l'époque, ce n'est pas avec ce single que Jaks avait été découvert. C'est avec le premier et unique album (seulement publié en CD) Hollywood Blood Capsules réalisé par le label de Chicago Choke Inc en 1994. Un label qui nous avait déjà donné Craw et Milkmine. Alors forcément, c'était un label qui commençait à compter. Chaque nouvelle réalisation était fiévreusement guettée. Et ce groupe inconnu (et qui l'est resté) n'a pas déçu. Mais alors vraiment pas. Si la patte d'Albini s'entend au niveau de l'enregistrement de la batterie, tout le reste est incomparable dans le genre. Le guitariste Sean Antanaitis fourmille de micro-riffs lumineux, de dérapages dans les aiguës, de changements soudains de direction, de crochets sur lesquels il suspend des bouts de mélodies qu'il illumine avec fougue. Shawn Gates (batterie) et Jessica Ruffins (basse) se mettent au diapason, voir le dépasse dans l'hystérie (le début de The Conversation Lags), frappent de tous bords sans en mettre de partout. Comme inhumaine et possédée, cette musique a le feu en elle, bouillonnante tout en étant d'une précision qui fait peur. Et un air de valse géniale sur la fin de Spider. Que des morceaux acérés et grinçants, dépassant rarement les trois minutes pour une efficacité redoutable et maximale. Et comme pour tous les grands groupes, il faut un porte-voix à la hauteur. Katrina Ford était de cette trempe. Son chant vampirise chaque titre, les tire vers les sommets, repassant à merveille toute la gamme vocale, du murmure inquiétant au cri de démente. Hollywood Blood Capsules, l'album qu'il vous faut absolument.

Jaks va tirer sa révérence en 96 avec les deux titres d'un 45 tours réalisé par Makoto records. Carnation et Damn Bloodsucker continuent de labourer avec bonheur un terrain identique à l'album. Ils auraient même été parmi les meilleurs du lot. Les cris hystériques de cette voix légèrement saturée rebondissent contre un mur rythmique et un barrage de guitare râpeuse avec toujours autant de fougue. La basse sur Carnation est notamment d'une agilité dingue tandis que Damn Bloodsucker te vide de tout ton sang avec un sourire carnassier. Deux putains de titres pour un groupe hélas parti beaucoup trop vite.

Si Hollywood Blood Capsules se trouve encore assez facilement et à pas cher (vu que certains ne semblent pas savoir l'or qu'ils ont entre les doigts), les deux singles se raréfient. Three One G a remédié à la situation en 2005 en rééditant la totale sous le nom de Here Lies The Body Of Jaks. Dix-sept titres. Pas un de plus. Pas un de moins. Et plus aucune excuse pour ne pas connaître Jaks.

Si les membres de Jaks se sont éparpillés dans différents projets par la suite, Katrina Ford et Sean Antanaitis vont continuer à régaler avec les grandioses Love Life (avec également Anthony Malat, un ancien Universal Order Of Armageddon, The Great Unravelling et futur Bellmer Dolls) puis au sein de Celebration mais uniquement le temps du premier album.

SKX (18/06/2016)

Five-Nine 7''
Ethos records 1993




Hollywood Blood Capsules - CD
Choke Inc. 1994





Carnation/Damn Bloodsucker 7''
Makoto records 1996




Here Lies The Body Of Jaks - CD
Three One G 2005