The Art of Losing
index
 












::
download concrete bruises 7''
:: download work makes freedom 12''

Distorted Pony
Concrete Bruises - 7''
Piece Of Mind records 1990
Work Makes Freedom - 12''
Bomp! records 1991
[publié le 02 septembre 2017]





C'est la rentrée, il est important de réviser ses classiques. Et en plus, l'Oldies consacrée à Distorted Pony en 2004 avait été bâclée. Nous étions jeunes et impatients alors il était nécessaire de revenir faire un tour sur le Distorted Pony. Surtout qu'après tout ce temps, l'écoute du groupe de Los Angeles est toujours un énorme plaisir. Le premier single Concrete Bruises n'est pas la plus belle réussite de leur discographie mais le poney tordu fièrement imprimé dans la paume de la main qui vous défie pose les bases. C'est noise, dense, sombre, mélodique. Trois titres dont le principal, Concrete Bruises, bout de lave qui vous enveloppe peu à peu, adrénaline sous contrôle, chant parlé, petite mélodie piquante, le bruissement est déjà une solide chape de plomb sans les crochets. Sur Stilleben, on jurerait entendre une boite à rythme, ce qui ne serait pas étonnant vu qu'à leurs débuts, quand ils jouaient à deux, Dora Jahr (basse) et David Uskovich (guitare, chant) utilisaient ce genre de machine. Theodore Jackson viendra mettre des pulsations humaines par la suite et Robert Hammer un peu plus de bordel avec une seconde guitare. Sur la face B, Angel On A Haug rajoute une couche de puissance avec un rythme plus lourd, des guitares plus épaisses sur un fond toujours mélodique. Distorted Pony a encore un pied dans les années 80, l'autre dans les années 90 avec ce noise-rock qu'on va se prendre de plein fouet. Distorted Pony en sera un beau représentant et une future référence.






L'allusion au Arbeit macht frei ne vous aura pas échappé. Encore plus quand le dessin de la pochette ressemble fortement aux grilles d'entrée des camps de concentration nazis sur lequel ce funeste slogan était marqué. Work Makes Freedom peut donc passer comme un titre provocateur de la part d'un groupe qui n'a pourtant jamais fait parler de lui dans ce domaine. C'est surtout le signe d'une musique devenue plus agressive. Cinq titres pour moins d'un quart d'heure, tous gravés sur la même face et le mors entre les dents. Batterie, percussion et boite à rythme se mélangent. Les deux guitares deviennent plus perçantes. La comparaison avec Big Black commence à se pointer, notamment sur un titre comme Sinner's Prayer. Les compositions sont plus acérées, virulentes (Fee Schedule, Forensic Interest, Pillar Of Salt). Seul Blare opte pour un tempo plus mesuré et une violence sous-jacente pour un morceau splendide au demeurant. La voix se drape de saturations malsaines. Mais toujours ce souci de proposer des riffs pointus qui font mouche et donnent de l'ampleur et du nerf à un disque qui n'avait rien à faire sur un disque de rock-garage comme Bomp! records. C'était du noise-rock au vitriol. Distorted Pony venait de se lancer au grand galop.

info : 45 rpm, clear vinyl. Recorded at Motiv Communications by Biff Sanders. Photo by Margot Reyes.
info : 33 rpm, black vinyl, single sided.