guttersnipe
upsettherhythm




Guttersnipe
My Mother The Vent – LP
Upset! The Rhythm records 2018

Des temps difficiles requièrent une musique difficile dixit le label Upset! The Rhythm à propos du premier album de Guttersnipe. A l'écoute de My Mother The Vent, je peux avancer sans crainte que la fin du monde est pour demain. Elle se déroule même peut-être bien sous nos yeux et on ne voit rien.
Guttersnipe, un duo de Leeds avec Tipula Confusa (c'est un mec) à la batterie + voix et Uroceras Gigas (c'est une fille) à la guitare + synthé + voix principale. On en a guillotiné pour moins que ça. Car oui, la musique de Guttersnipe est difficile. Ces augustes pages ont pourtant entendu des vertes et des pas mûres en matière de bruit et de musique épileptique pour dégénérés du samedi soir mais avec ce duo anglais, c'est le haut du panier (à crabes). Il faut se pincer pour croire ce qu'on entend. Comme des guitares de Arab On Radar (voir Athletic Automaton ce qui doit normalement vous faire fuir) en mode supersonique parasitées par un synthé strident tapé avec le coude et un batteur en mode Weasel Walter (aka Flying Luttenbachers). Et un chant de hyène disjonctée qui n'a pas bouffé depuis deux pleines lunes. Des voix totalement incompréhensibles qui d'ailleurs ne disent rien mais utilisées comme un instrument à part entière. La no-wave, à ce rythme là, c'est de la musique pour retraités en croisière.
Parfois il serait bon d'être sourd mais on va dire qu'on aime ça car dans l'extrême, il est toujours possible de trouver du réconfort. Et que ce bruit, aussi exigeant soit-il, est méchant, vicieux, absurde, une vague incontrôlable dans laquelle il est bon et inconscient de se laisser emporter, n'est pas là pour distraire le quidam mais pour emmerder le bourgeois (des oreilles) et provoque le malaise. Ou le rejet. Six titres qui semble ne former qu'un seul long jet de délire continu dont deux qui font peur (Stromatolite's Kiss et God's Will To Gain Access) en allant titiller les huit et dix minutes, chemins de croix où la rédemption ne sera pas au bout. L'enfer et rien que l'enfer d'une musique qui rend dingue, une folie pure, frénésie irrépressible, prise de tête incommensurable ou branlette spasmodique gratuite, ça dépend de votre religion et de votre humeur du jour mais c'est une expérience, voir une gourmandise à laquelle je ne bouderais pas de temps à autre.

SKX (29/01/2019)