wewildblood
hotfools


We Wild Blood
Vicious Virtues – LP
Hot Fools records 2020

Les vertus vicieuses ou quand trop de pureté devient louche, que la bête est prête à montrer son vrai visage. Avec Vicious Virtues, We Wild Blood applique l’effet contraire. Un groupe anglais qui n’a pas la tronche du premier communiant ou du gendre idéal, qui met un bordel d’enfer avec la gueule de travers mais c’est le genre de bruit qui nettoie de l’intérieur et régénère la tuyauterie avec une approche personnelle au sein de la scène noise anglaise qui nous abreuve joliment depuis déjà quelques années.
Un groupe vient pourtant en tête, c’est Bruxa Maria mais dans l’esprit uniquement, dans l’association noise-rock et psychédélisme malsain, dans ce dérèglement des repères traversé par un souffle de confusion et de délire tordu. Il faudrait rajouter à cela bien d’autres courants comme le fait que les premiers accords et le rythme tribal de l’introductif You Do Not Exist ne sont pas sans évoquer Neurosis par exemple, dans la soudaine lenteur, étrange et cotonneuse, que We Wild Blood est capable d’asséner (Prison Simulator), les étonnantes mélodies vocales au début de Low In My Circle, le très punk et rentre-dedans Lock In ou l’atmosphérique et opiacé Osiris. Après Blood/Money, un précédent album uniquement en cassette sur Hominid Sounds en 2019, qui n’était pas concluant sur toute la longueur, We Wild Blood est passé à la vitesse supérieure. Avec un(e) membre en plus, Marion Andrau (Reciprocate), et un enregistrement chez l’inévitable Wayne Adams, Vicious Virtues témoignage avec beaucoup plus de pertinence de la richesse des multiples inspirations du quartet londonien. Une capacité nouvelle à enflammer des morceaux noise-rock n’obéissant qu’à leur propre stratégie de la terre brûlée (Eat Your Tail et Drinking On Trains, deux franches réussites). Vous emmener dans les méandres torturés de leur cerveau en ébullition sur le dense et saisissant Low In My Circle qui, tout au long de ces huit minutes et quelques, fait passer par toutes les émotions. Une maîtrise plus grande et plus fine pour intégrer les sombres effets psychédéliques et triturations de synthés dans un maelstrom sonore plus d’une fois incendiaire et poignant. Et d’une redoutable efficacité.
We Wild Blood intègre la catégorie poids lourd des faiseurs de bruit, ceux au caractère bien trempé n’hésitant pas à mettre du volume, du relief, de l’extrême et de la tragédie pour sculpter un beau bordel. Vicious Virtues est définitivement est disque qui fait du bien.

SKX (29/09/2020)