nerver
zegemabeach
theghostisclear
tombtree


Nerver
Believer’s Hit – Tape
The Ghost Is Clear/Zegema Beach/Tomb Tree records 2019

Nouvelle furie en provenance du Missouri. Un trio qui dans un premier temps s’était fait appeler Celebration avant d’opter plus judicieusement pour Nerver, un nom qui va parfaitement bien au rythme enragé de Believer’s Hit, premier album rempli de nerfs et d’une passion aveuglante.
Il est facile de prendre au début Nerver pour un groupe hardcore tendance screamo car le chanteur ne fait pas mine de beugler tout ce qu’il peut. Mais il le fait avec du coffre et une rage communicative et surtout, les structures et les intonations des morceaux renvoient Nerver dans un monde plus noise et anguleux avec des variations de tonalité qui en font toute la beauté et l’intérêt. Et comme dans Believer’s Hit, il y a Hit, vous pouvez croire les yeux fermés que cette cassette est un recueil stupéfiant de dix titres qui collent au mur. Ou quand Ten Grand, Shotmaker et Buildings s’invitent au bal et accouchent d’un enfant surdoué qui ne respecte rien pour le bien du plus grand nombre.
Morceaux à combustion spontanée menés par une basse centrale et féroce. Riffs alliant simplicité et compétitivité. Nerver semble ne pas se casser la tête pour écrire des hits qui fusent dans une apparente facilité. Mais tout est dans l’art du détail, ce ciselage du volume, savoir quand il faut mettre de la tension, mettre le break assassin, laisser de l’air, assombrir l’espace, puis foutre le feu, suspendre à un riff basique toute l’intensité du monde, moduler le chant, le laisser parler, susurrer à votre oreille de cheval, faire miroiter des mélodies et tout éclater. Le mesuré et palpitant No Song To Stop The Rain tout en tension sous-jacente, le troublant We Had Encountered A Meta Psychotic tout en relief sulfureux, le furieux Lobotomobile qui introduit l’album et le début d’incendie, Imminent Death Syndrome avec son intro de basse monumentale après le cliquetis nerveux du batteur qui cogne durement la plupart du temps, Getting Dragged 101 qui laisse littéralement à bout de souffle, Pissing Gold qui montre que Nerver sait également associer densité écrasante et vitesse de l’éclair, exemples parmi d’autres d’un album parfait d’un bout à l’autre. Fiévreusement grandiose et maîtrisé.
Cet album est également sorti en vinyle mais seulement trois titres de Believer’s Hit sont gravés sur cette version spécialement publiée à 30 exemplaires pour une tournée en automne dernier avec Bummer. La totalité des titres aurait tellement été plus classe.

SKX (03/02/2020)