trombe
stnt






Trombe
s/t – LP
STNT records 2019

Trombe, c’est un mouvement tourbillonnaire qui te tombe dessus soudainement. Si l’image parle à ta rétine alors le son suivra et soufflera dans tes tympans, l’horizon se dégagera et Trombe t’emportera.
Trombe siège à Nantes. Thomas Beaudelin/Tom Bodlin et son saxophone alto magique et Erwan Cornic, batterie frénétique, entendu à une époque révolue avec Judd, Djud ou Altar K. et tenant, en plus des baguettes, la plume du blog musical STNT qui se transforme pour l’occasion en label en publiant sa première réalisation vinylique. 200 exemplaires, pochette énigmatique de Nylso, Trombe est sur de bons rails.
Cinq titres sans nom à la vitesse du 45 tours par minute car Trombe aime virevolter, quand ça s’agite, que ça bouillonne, cherche la turbulence, s’engage dans les forts courants et s’émancipe dans une freeture jazz à la base. Mais Trombe a bien plus à offrir et aime s’égarer sur d’autres terrains de jeux. Certes, la batterie trépigne, le saxo couine mais au-delà, le duo séduit parce qu’il insuffle une aura poétique, laisse parler les sentiments à la place de la technique, garantissant une belle musicalité rimant avec créativité.
Le batteur alterne les approches, étudie toutes les possibilités de son instrument. Cliquetis effrénés et acharnés, roulements engagés, baguettes qui volent ou caressent, frémissements et tremblements, le dialogue s’instaure avec le saxo dont le jeu est tout aussi recherché. Bruissements comme des insectes excités, on imagine une forêt grouillante et des prairies apaisantes, c’est sans artifice ni pédale comme précisé par Beaudelin qui fricote des sons évoquant aussi bien des animaux mystérieux que des orages lézardés d’une électricité tour à tour ludique ou perçante.
L’atmosphère se charge ainsi de climats très changeants. Sobrement mélodique et sensuel (A2). Plus ouvertement free-jazz, conçu et mordant à la manière d’un morceau punk (A3) ou s’épanchant plus longuement sur les deux titres de la face B comme une rivière indocile charriant de gros remous et des flux énigmatiques dans lesquels guettent la tempête avec en point d’orgue, le très beau B2 (vraiment dommage que ces morceaux ne possèdent pas de titre) à l’ambiance troublée, profonde, presque angoissante, faussement calme où on jurerait entendre un essaim d’abeilles et des gouttes d’eau tombées, évoquant, comme la plupart des compos, la bande-son d’une nature impénétrable mais réellement attirante.
Un saxophone, une batterie, de multiples facultés et beaucoup de liberté pour vous emmener dans leur riche cheminement musical imagé et captivant.

SKX (12/04/2019)