bigbrave
southernlord


Big Brave
A Gaze Among Them – LP
Southern Lord records 2019

Big Brave fait partie de cette liste de groupes dont le nom n’est pas inconnu, on va les écouter bientôt, c’est une certitude parce que ça l’air drôlement bien et le jour où ça arrive vraiment, t’as rien vu venir et le groupe a déjà sorti une palette d’enregistrements. En ce qui concerne les Canadiens de Big Brave, le train pris en marche se fait au niveau du quatrième album et sept années d’existence. Pas trop tôt.
Et surtout jamais trop tard pour découvrir un groupe beau comme un disque de Slint. Prendre son temps, s’entourer d’espace pour respirer dans la noirceur, des silences lourds, une tension palpable, une fausse lenteur, se mouvoir entre des volumes imposants, réussir à flotter alors que la densité est énorme, se faire lyrique alors que tout est épuré et minimaliste. Le rendu est très différent de Slint mais A Gaze Among Them laisse songeur tout pareil, hypnotise par la sobriété de sa force, sa puissance évocatoire et toute la lumière et la sourde mélancolie transpirant à travers les fissures. Spaces so dense, so opaque (...) I insert my body into these spaces.
Une histoire de textures, d’ambiances dans lesquelles se laisse glisser, s’infiltrer pour mieux être transporté, vaciller dans un sombre cauchemar mais ne pas craindre la chute. Lourdeur d’un son qui enveloppe, majestueux, jamais écrasant, chaleur pénétrante, grain abrasif. Masse volumineuse de deux guitares dont une branchée sur un ampli basse pour un groupe qui a décidé de se passer de l’instrument à quatre cordes. Guitares grésillantes, épaisses, tumultueuses, étalant de subtiles couches de triturations, concoctant des drones spectraux, sculptant le feedback comme autant de mélodies crépusculaires avec l’aide de la contrebasse de l’invité Thierry Amar (Godspeed You Black Emperor) ou le synthé Moog de Seth Manchester (qui a enregistré l’album) sur Body Individual. Rythmique tribale, martiale, malmenant la lenteur originelle de Big Brave, accélérant le pouls. Magnifique contraste entre la voix tour à tour fragile, incisive, aiguë de la guitariste Robin Wattie (qui a également composé les dessins de la pochette) et la gravité, la profondeur d’ensemble, agissant sur les consciences comme un aiguillon.
Musique répétitive et évolutive, sismique et douloureusement calme (l’irréel et onirique Sibling), belle et agressive, méditative et âpre. A Gaze Among Them, un autre regard, s’élever au-delà de la foule grouillante tout en étant partie intégrante, s’extraire des schémas qui enferment, prendre de la hauteur avec cinq compositions à la personnalité très prenante pour un album à l’univers singulier qui méritait enfin qu’on s’intéresse de très près au cas de Big Brave.

SKX (26/10/2019)