yesimleaving
blackwire


Yes I'm Leaving
Pure Joy – LP
Black Wire records 2017

Pure Joy est le nom du cinquième album de Yes I'm Leaving mais il pourrait également être le nom de toute leur discographie. Un pur bonheur que tous leurs disques qui, hélas, ne reçoivent pas toute la considération qu'ils mériteraient. C'est loin l'Australie. Et la distribution ne suit pas. Et puis les gens n'écoutent que de la merde hein, c'est bien connu.
Qu'importe, ne boudons pas notre bonheur donc. Le trio de Sydney creuse toujours le même sillon, répercute d'un album à l'autre le son d'un rock-noise abrasif et terriblement aguicheur. A l'instar de Hot Snakes qui n'évolue pas (et je ne crois pas que quelqu'un s'en plaigne), Yes I'm Leaving se focalise sur l'écriture de morceaux imparables qui font vibrer les chairs. L'approche est identique de disque en disque, les outils ne changent pas, la matière est inépuisable et continue d'être sculpter inlassablement mais le feu est toujours d'une intensité égale. Hot Snakes mais aussi un Meat Wave qui se serait transporté dans la terre plus rock'n'roll et poussiéreuse de l'Australie. Une propension identique à créer des morceaux basiques, limpides, rageurs et qui restent accrocher dans le ciboulot.
Avec Pure Joy, le trio a légèrement décalé le curseur sur le coté direct et spontané du rock'n'roll, lui donnant une dimension plus garage que noise, accentuant l'urgence et les petites imperfections. Yes I'm Leaving n'a jamais été du genre à passer des semaines sur un enregistrement et tout peaufiner dans les moindres détails mais avec Pure Joy, c'était trois prises maximum pour se rapprocher le plus possible de leur performance live et en saisir toute l'intensité débordante. C'est réussi.
Et comme Billy Burke (chant-guitare) et ses deux acolytes (Anthony Boyer, batterie et David Cook, basse) ne faiblissent pas sur la composition, Pure Joy est une nouvelle fois un alignement de titres parfaitement d'équerre avec les dieux du rock. Difficile d'extraire un morceau plus qu'un autre. Ils sont tous bandants. Deux minutes trente de moyenne pour aller à l'essentiel. Délivrer le riff mélodique qui ferait traverser n'importe quel désert sans s'apercevoir de sa propre soif. La source du trio est intarissable. Avec un grain et une chaleur qui les rend encore plus sympathiques. Avec comme sortie de route, Recipe montrant que la folie et l'étrangeté ne sont jamais loin dans les cerveaux de ces bouillants Australiens. Alors si vous aimez les groupes sus-cités ou tout simplement le rock'n'roll ardent et instinctif, donner une chance et une belle à Yes I'm Leaving. Regrets impossibles.

SKX (21/03/2018)