sojii
falseprofit


Sojii
s/t – tape
False Profit records 2018

Quand un groupe fait penser directement à des anciennes idoles comme Jaks, Jack'o'Nuts ou Bar-B-Q Killers et même Loraxx, tu ne te poses pas 36000 questions et tu fonces acheter la cassette (jaune). En plus, pour mettre toutes les chances de leur coté, ce groupe situé dans le Michigan a été faire un tour à Chicago pour enregistrer chez qui vous savez pour être sur que ça sonne d'enfer. Et ça sonne d'enfer. En plus de l'invoquer. Ah, ces petits rires démoniaques dans le fond sur Adagio pendant que la hurleuse en chef(fe) Valerie Salerno roule des yeux puis vous susurre dans le creux de l'oreille de boire son sang. Je lui donne tout de suite n'importe quel bon dieu en confession. Elle a aussi un problème de logique sur Fromme. Pourtant, c'est d'une logique implacable. C'est du noise-rock racé et carnassier, historique et revigorant comme au premier jour. Avec ce qu'il faut de vices et de déviances pour mordre à l'hameçon et ne plus le lâcher. Avec une guitare qui fait un mélodie trop poignante la main sur le cœur pour ne pas tout saccager la minute après sur Dowry Death. Ou s'aventurer dans un marécage lugubre sur les cinq minutes de Pigpen qui joue avec les nerfs, les pics et les trous noirs. Arpèges aiguisés ou fielleux, rythmique de grands fauves toujours prête à bondir, Sojii a la griffe du chien en lui et la maîtrise des groupes qui ont déjà tout compris. La touche ultime serait désormais de voir ce disque presser en vinyle. Le label anglais False Profit n'a pas dit son dernier mot. Mais rien n'est sûr sauf le fait que vous devez absolument écouter Sojii.

SKX (29/05/2018)