preening
evernever





Preening
Greasetrap Frisbee – 7''
Ever/Never records 2018

En provenance d'Oakland, Preening déboule avec un second single qui aurait très bien pu débarquer de New-York. Sous l'étendard no-wave, Preening met une pincée de James Chance and The Contortions, un souffle de cacophonie et un doigt de dissonances accidentées. Preening s'est surtout inspiré du fait qu'il est important de trouver sa propre personnalité et d'avancer coûte que coûte. Une formation originale. Un batteur (Sam Lefebvre), une bassiste (Alejandra Alcala) et un saxophoniste (Max Nordile), ces deux derniers donnant aussi de la voix. Transportés en Californie et un bruit de perceuse plus loin sur Associated Press, les cinq courts titres de Greasetrap Frisbee sont joyeusement déglingués, durement entraînants. Le saxo ne fait pas le beau, couine, déraille, se bat avec la section rythmique. Une rythmique sèche, marquée par le post-punk, convulsive. La basse ne se complique pas la vie et pose les garde-fous. Les trois ensemble donnent l'impression de jouer chacun dans son coin mais retombent toujours sur ses pattes. Un dialogue de sourd créant une conversation tour à tour foutraque, déconstruite ou étrangement percutante, décalée. Preening ne met d'huile dans les rouages. C'est livré tel quel, sans artifice, abrupt mais foncièrement stimulant. Une belle bouffée d'air frais pour un groupe punk dans l'âme à surveiller.

SKX (19/03/2018)