bunuel
latempesta


Buñuel
The Easy Way Out – LP
La Tempesta 2018

Le sulfureux Buñuel vient à nouveau jouer l'ange exterminateur qui se nomme The Easy Way Out. Mais n'y croyez rien, la sortie ne sera pas facile à trouver. La chasse dont vous êtes le gibier s'annonce angoissante, les pièges nombreux, les espoirs vers la lumière seront douchés car le maître de cérémonie s'appelle Eugene Robinson. Le chanteur d'Oxbow continue de prêter son organe vocal si vital à ses trois collègues italiens. Le résultat est encore plus saisissant que le premier acte A Resting Place For Strangers. I am crime and I'm crime all the time. Quand Eugene vous le susurre à l'oreille, il faut le croire sur parole.
Et quand Buñuel emprunte des chemins plus obliques pour arriver à ses fins, il faut redoubler de prudence. The Easy Way Out est moins frontal que son prédécesseur tout en gardant une force de frappe redoutable quand le groupe décide de cogner. Cela en fait un album encore plus marquant. Le chant aliénant et unique de Robinson suggère la menace. Le ton se fait lancinant, l'explosion est imminente mais il va falloir attendre. Le poison rampe, s'insinue, on ne sait jamais quand le groupe va frapper. Pas pour rien que Buñuel a mis de beaux serpents sur la pochette.
Boys To Men, Dial Tone ou Augur, ce sont des structures mouvantes, qui avancent dans l'ombre, de grandes plaques d'un noise-rock chauffé à blanc, sur le qui-vive, puissamment charpenté mais sans en mettre partout. La brisure est sombre, précise et Boys To Men une sacré entrée en matière qui donne la tonalité d'un album aux méandres mystérieux, implacables et froidement bruyants qui ne sont pas sans rappeler certains éclats entrevus chez Oxbow.
Buñuel sait aussi toujours libérer la bête qui est en lui. Le batteur possède l'énergie d'un volcan. Dans The Hammer/The Coffin, il y a marteau et cercueil, celui que le groupe cloute pour un enterrement de première classe avec une hargne animale et Robinson qui aime répéter Fuck Fuck Fuck Fuck Fuck. Ses gémissements font corps avec les convulsions abruptes et sous contrôle des trois musiciens. Les sonorités de la guitare et autres bricolages maison de Xabier Iriondo continue de donner une patte sonore singulière à Buñuel. Pour son plus grand bien.
The Easy Way Out est un album de rock-noise charismatique, impénétrable mais qui ne peut laisser indifférent, un force ténébreuse traversée de multiples éclairs émotionnels. Buñuel, un obscur objet du désir.

SKX (09/07/2018)