noseinthenose

Nose In The Nose
Crash - CD
Self-released 2012

Nose In The Nose, c'est un corps à corps avec le bruit dans ce qu'il a de plus diversifié. Une large revue des troupes, un alliage en béton et des passerelles fluides. Pour un groupe stéphanois, il est forcément normal de penser à des lyonnais, Doppler en tête, notamment l'utilisation heureuse de filtres pour trafiquer la voix et quelques joutes rythmiques de belles volées. Mais Nose In The Nose privilégie le bouillonnement interne plutôt que la froideur ou une rythmique infernale. Une guitare abrasive, qui lâche les chevaux et les riffs saignants, au point de transformer cette école noisy et sonique dans une écume rock'n'roll et sauvage.
Parce que le passionnant dans ce premier album, c'est la chaleur qu'il dégage, l'ébullition permanente entre des codes bien connus pour en faire quelquechose de sans cesse vivant et en mouvement. Christophe Chavanon, l'ex-The Good Damn, a parfaitement capté le cœur de la bête pour lui donner de la force et de la consistance. Avec une poignée de titres tirant le disque vers le haut, notamment le triptyque Bob of the Bridge, 74 Tempo et Peut-Etre. L'excitation est à son comble. Nose In The Nose met du relief entre ses pétarades, ses bouts de mélodies, des digressions inspirées de la guitare de Nicolas Caprio, de sombres desseins noisy où l'ambiance se tend, l'adrénaline rejoignant les plates-bandes de Membrane. Mais on aurait également pu citer Re ou Ukulélé contenant son lot de saccades et de ramonage en finesse, voir toute la fin sans voix et plus mélancolique de Hungry Band.
Et affamé, ce groupe l'est. Après six ans de silence et quelques démos insignifiantes, le trio revient avec les crocs. Crash se bonifie au fil des écoutes pour un groupe qui n'avait l'air de rien à vue de nez mais Nose In The Nose finit par vous en mettre plein le pif.

SKX (14/12/2012)